Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilPolitiqueThèmesEmploiRésultats de notre enquête conjoncturelle d'automne 2012
Conjoncture / Veille générale / Politique / Economie / Emploi Communiqué de presse Retour

Résultats de notre enquête conjoncturelle d'automne 2012

    

Situation bonne, mais dégradation attendue pour 2013

En cette fin d'année 2012, les entreprises vaudoises présentent un tableau tout en contrastes. D'un côté, l'enquête réalisée auprès de membres de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie en septembre révèle des résultats nettement supérieurs aux attentes formulées lors de la dernière enquête de printemps. De l'autre, les membres CVCI s'attendent toutefois à une légère dégradation de la situation de leurs affaires au cours des six prochains mois. Cette dégradation devrait même encore s'accentuer à partir du 2e trimestre 2013, particulièrement dans le secteur de l'industrie.
 
Côté effectifs, la tendance est en revanche inverse à celle de la marche des affaires. Alors que seuls 9 % des sondés envisageaient une baisse du nombre de leurs collaborateurs en mars, 17 % d'entre eux ont finalement été contraints à réduire leurs effectifs. Paradoxalement, la situation en matière d'emploi devrait pourtant s'améliorer dans le courant 2013.

 
Les chiffres ci-dessous illustrent les résultats de cette enquête annuelle. Ils ne constituent en aucune façon des recommandations de la CVCI à ses entreprises membres.

Conjoncture

La marche des affaires 2012 est jugée bonne ou excellente par 41 % des entreprises, alors qu'elles n'étaient que 30 % à faire état d'un tel optimisme pour l'avenir il y a six mois. 41 % des membres CVCI la jugent satisfaisante et 18 % d'entre eux médiocre ou mauvaise. Les appréciations sur le plan financier (marge d'autofinancement) sont quant à elles très légèrement moins favorables. Le secteur des services affiche des résultats supérieurs à ceux obtenus dans celui de l'industrie. La situation au cours des prochains mois devrait toutefois se dégrader. Après une légère baisse attendue au début 2013, les entreprises vaudoises s'attendent à une nette détérioration de la situation de leurs affaires à partir du 2e trimestre.

Franc fort

Les difficultés causées par le franc fort se sont quelque peu atténuées en une année. Alors que le problème des changes affectait près de la moitié (48 %) des membres CVCI l'automne passé, ils ne sont aujourd'hui plus que 42 % à s'en plaindre. L'industrie reste plus fortement touchée (56 %), de même que les entreprises exportant 80 % et plus de leurs produits ou services (69 %). Le taux plancher fixé par la BNS en septembre 2011 semble cependant avoir eu des effets positifs puisque 29 % des membres affirment avoir pu ainsi maintenir ou améliorer leurs marges.

Salaires

Les augmentations réellement accordées au début de 2012 ont été légèrement inférieures à celles prévues en automne 2011 (1.4 % contre 1.6 %). Comme une année auparavant, le secteur de l’industrie a été plus généreux que celui des services, avec une augmentation effective au début de 2012 de 1.5 %, contre 1.3 %. En outre, 69 % des entreprises ont accordé un 13e salaire et 51 % des primes ou gratifications à fin 2011.
 
Pour 2013, près de 9 entreprises sur 10 envisagent accorder des augmentations salaires égales ou supérieures à 1 % et seules 2 % d'entre elles ne prévoient aucune hausse.
 
L'augmentation moyenne des salaires prévue pour 2013, pondérée selon la taille des entreprises, s'élève à 1.3 %, soit nettement en dessus de l'inflation qui devrait se situer à -0.5 % sur l'année, selon l'OFS. 

Effectifs du personnel

Au cours de l'année écoulée, 21 % des entreprises ont augmenté leurs effectifs, alors que 17 % d'entre elles ont été contraintes de les réduire. La situation en matière d'emploi devrait encore s'améliorer au cours des prochains mois, puisque la proportion d'entreprises envisageant réduire leurs effectifs (8 %) est inférieure à celles qui entendent les augmenter (18 %).

Investissements

Autre conséquence de cette période d'incertitudes, les investissements ont été une nouvelle fois revus à la baisse. Ainsi, 36 % des entreprises envisagent d'investir en 2013, contre 40 % en 2012. Cette baisse de la propension à investir concerne essentiellement les services (baisse de 36 % à 31 %), alors que la propension reste relativement stable dans l'industrie (49 %).

Contact

Mathieu Piguet

Sous-directeur, responsable des dossiers "Libre circulation" et "Emploi"