Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilÉtudes et actuConjonctureActualitésLe creux de la vague passé, les entreprises vaudoises refont surface
Communiqué de presse Conjoncture / Veille générale / Politique / Economie / Emploi Back

Le creux de la vague passé, les entreprises vaudoises refont surface

    

A l’heure de tirer le bilan de l’année 2021, les entreprises vaudoises démontrent une nouvelle fois leur capacité de résistance. La marche des affaires s'avère "bonne à excellente" pour 38% des membres CVCI sondés, contre "mauvaise à médiocre" pour 19% d'entre eux. Même si elle est à relativiser après une année 2020 catastrophique, cette forte embellie se constate dans l’industrie comme dans les services. De plus, bien que la situation reste difficile pour certaines branches, les perspectives établies par les entreprises du canton sont de manière générale réjouissantes.

Alors qu’elles étaient encore pessimistes lors de l’enquête du printemps dernier, les perspectives avancées cet automne pour 2022 - caractérisées toutefois par un manque de visibilité - confirment le redressement progressif de l’économie vaudoise. L’amélioration de la situation sanitaire au cours des derniers mois a en effet permis aux entreprises du canton de retrouver une dynamique positive. L’enquête conjoncturelle de la CVCI, publiée ce jour, dénote une amélioration de la marche des affaires aussi bien dans le secteur secondaire que tertiaire. Cette embellie se constate également à travers l’évolution de la marge d’autofinancement. Après une année 2020 très difficile, et bien que la hausse des prix des matières premières pèse de manière non négligeable sur les marges (cf. ci-après), ces dernières sont jugées satisfaisantes par une majorité d’entreprises. Par conséquent, les investissements devraient repartir à la hausse au cours des 12 prochains mois et mettre fin à l’érosion observée depuis 2018.

Evolution salariale attendue
Après la faible augmentation constatée en début d’année (0,8% en moyenne), la progression salariale devrait à nouveau dépasser la barre des 1% en 2022. Cette dernière devrait s’établir à 1,1% dans l’industrie et à 1% dans le secteur des services. Ainsi, malgré une hausse prévue de l’inflation, l’évolution des salaires réels devrait être positive.

L’emploi toujours en progression
Après de nombreuses suppressions d’emplois en 2020, cela malgré la mise en place du chômage partiel, la situation s’est améliorée sur ce front et le taux de chômage vaudois a retrouvé son niveau d’avant-crise. Si une entreprise industrielle sur cinq a malheureusement dû réduire la voilure cette année, près de 30% ont en revanche augmenté leurs effectifs. La situation est également favorable dans le secteur tertiaire et, de manière générale, près d’un quart des répondants prévoient d’embaucher l’an prochain.

Les entreprises face aux pénuries
Cette évolution positive sur le front de l’emploi n’est pas sans incidence et met en lumière une pénurie de main-d’œuvre appelée à s’aggraver. En effet, plus d’un quart des répondants rencontrent déjà des difficultés de recrutement; une proportion qui s’élève à 40% dans l’industrie. Après une accalmie en raison de la crise du Covid-19, ces difficultés sont en recrudescence et atteignent un niveau identique à celui constaté en 2018. Les types de profils principalement concernés sont la main-d’œuvre qualifiée (77%), les cadres intermédiaires (36%) et les cadres supérieurs (20%). Si les difficultés touchant la main-d’œuvre non-qualifiée (11% des cas) et les apprentis (7%) sont moins importantes, elles sont toutefois en augmentation par rapport à 2018. Parmi les solutions à envisager, les entreprises sondées préconisent en priorité une amélioration de l’orientation professionnelle et la revalorisation de certaines filières de formation. L’embauche de main-d’œuvre indigène devrait également être favorisée par des mesures telles que la flexibilisation du temps de travail (39% des répondants), des incitations fiscales (28%) et l’augmentation du nombre de places de crèches (21%). Comme en 2018, miser davantage sur la formation continue est suggéré par un tiers des sondés. En revanche, alors que la digitalisation est en plein essor, une faible proportion d’entreprises (12%) voit une opportunité dans l’automatisation et la robotisation des tâches.

Actuellement, de nombreux acteurs sont par ailleurs confrontés à des pénuries de matériel. Deux tiers des sociétés industrielles, respectivement un quart des sociétés de services, font état de difficultés d’approvisionnement, induisant diverses conséquences sur leurs affaires. Retards de livraison et hausses des prix d’achat sont mentionnés par plus de 70% des structures sondées. Ajoutez à cette problématique la hausse des coûts de transport et il apparaît que 40% des entreprises voient leurs marges diminuer. Les causes de ces pénuries s’avèrent multiples aux yeux des entreprises vaudoises (arrêt d’usines de production, forte demande, capacités amoindries du fret maritime et aérien…).

Des freins avec lesquels compter
Les entreprises tentent de parer à ces difficultés par différents moyens, en faisant preuve d’ingéniosité, comme l’atteste l’utilisation de matériaux de substitution par 20% des répondants. La diversification des fournisseurs et l’augmentation des stocks sont également mentionnées par la moitié des sondés. Si certaines sociétés ont réussi à renégocier des contrats, une majorité n’a eu d’autre choix que de répercuter la hausse des coûts sur les prix de vente. Ces difficultés d’approvisionnement semblent malheureusement devoir durer, puisqu’un tiers des répondants ne s’attendent pas à un retour à la normale avant le 2ème trimestre 2022. Signe de l’incertitude et du manque de visibilité ambiants, près de 40% des entreprises n’arrivent tout simplement pas à prévoir quand cette situation s’apaisera, alors qu’une minorité (12%) pensent même qu’il s’agit d’une nouvelle normalité.

Une enquête représentative

L'enquête a été menée par la CVCI du 23 août au 8 octobre 2021, et plus de 20% de ses membres y ont répondu; ce qui correspond à 665 réponses (174 entreprises industrielles et 491 sociétés de services). L'ensemble des entreprises ayant répondu occupe plus de 52'000 collaborateurs dans le canton, ce qui correspond à environ un emploi privé sur sept et rend donc les tendances dégagées très représentatives.

Communiqué de presse en pdf


Contacts pour plus d'informations:

Patrick Zurn - Responsable des études conjoncturelles à la CVCI – 076 373 36 20
patrick.zurn@cvci.ch

Philippe Miauton – Directeur adjoint de la CVCI – 079 277 68 41
philippe.miauton@cvci.ch

Et résultats détaillés sur www.cvci.ch/enquetes

Contact

Patrick Zurn

Responsable économique