Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationCommuniqués de pressePIB vaudois: croissance robuste malgré une nouvelle dégradation des perspectives
Communiqué de presse Conjoncture / Veille générale / Politique / Economie / Emploi Back

PIB vaudois: croissance robuste malgré une nouvelle dégradation des perspectives

    

Communiqué de presse - La reprise devrait se poursuivre cette année et l’an prochain pour l’économie vaudoise, malgré une croissance mondiale freinée par la guerre en Ukraine. Les dernières prévisions tablent sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 3,2% en 2022. Bien qu’en repli par rapport aux 3,6% attendus au début de l’année, la croissance devrait ainsi rester solide. En 2023, le PIB devrait progresser de 2,5%, selon les dernières valeurs du CREA, publiées par la BCV, l’État de Vaud et la CVCI. Le degré d’incertitude reste très élevé; notamment, les conséquences du conflit en Ukraine, les effets des perturbations des chaînes logistiques et les impacts du rebond de l’inflation sur l’économie mondiale sont difficiles à anticiper.

Autant les risques pour la conjoncture liés au variant Omicron et à la pandémie de COVID-19 ont rapidement diminué dans de nombreuses régions du monde – à l’exception notable de la Chine –, autant le retour de l’incertitude a été soudain avec le début de la guerre en Ukraine. Les perturbations dans les circuits logistiques ainsi que la hausse des cours des matières premières et de l’inflation ont été exacerbées. Les prix ont augmenté de 8,0% au premier trimestre aux États-Unis et de 6,2% dans la zone euro, selon les premières estimations. En Suisse, la hausse du franc a tempéré le renchérissement, qui s’est inscrit à 2,1% sur trois mois. Les banques centrales américaine et européenne pourraient resserrer leur politique monétaire plus rapidement qu’anticipé et la Banque nationale suisse pourrait leur emboîter le pas.

Si elles restent favorables, les perspectives mondiales se sont sensiblement dégradées. Dans ses prévisions d’avril, le Fonds monétaire international (FMI) table sur une croissance mondiale de 3,6% en 2022, contre 4,4% trois mois plus tôt. Sur le plan national, les dernières prévisions du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) portent sur une hausse du PIB de 2,8% en 2022, 0,2 point de pourcentage de moins que les prévisions précédentes. Pour 2023, les prévisions sont stables à 2,0%. Avec une croissance attendue à 3,2% cette année et à 2,5% l'an prochain, le canton de Vaud se compare ainsi favorablement.

Les prévisions doivent être considérées avec prudence en raison du degré d’incertitude élevé, lié en particulier au conflit en Ukraine. Le risque de voir de nouveaux variants du virus Sars-Cov-2 compromettre la maîtrise de la pandémie reste également présent. Le niveau d’endettement de certains pays pourrait aussi freiner la reprise. En ce qui concerne la Suisse, d’autres facteurs de risque résident dans la possibilité d’une poursuite de l’appréciation du franc, l’incertitude liée à l’évolution des relations avec l’Union européenne (UE) ou la mise en œuvre d’un impôt minimum mondial pour les entreprises.

Au niveau des branches, après un rebond dynamique largement partagé en 2021, la reprise devrait se poursuivre pour la majorité d’entre elles. La chimie-pharma ainsi que les activités immobilières et les services aux entreprises devraient afficher une forte croissance (plus de 2%) cette année et l’an prochain. L’hôtellerie-restauration est dans la même situation, ce qui reflète un rattrapage, malgré des obstacles toujours présents, après un effondrement de l’activité en 2020. Dans les transports et les communications, une activité en forte croissance en 2022 pourrait laisser la place à une croissance modérée (de 0,5% à 2%) en 2023. À l’inverse, dans le commerce, une croissance modérée est attendue cette année, suivie d’une forte progression de l’activité l’an prochain.

Les services publics et parapublics pourraient croître de manière modérée en 2022 comme en 2023. Dans l’industrie des machines et l’horlogerie, après une croissance modérée cette année, un repli modéré de l'activité (entre -2% et -0,5%) est possible l’an prochain. Quant aux services financiers et à la construction, ils pourraient voir leur activité reculer de manière modérée en 2022, puis connaître une croissance modérée en 2023.

Quatre publications par an

Le PIB est un indicateur essentiel pour évaluer le dynamisme d’une économie. Le PIB vaudois est publié depuis 2009. Pour garantir un calcul rigoureux et transparent, la BCV, l’État de Vaud, représenté par le Service de la promotion de l'économie et de l'innovation et Statistique Vaud, ainsi que la CVCI ont mandaté l’Institut CREA d’économie appliquée de la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne. La méthodologie du CREA intègre notamment les estimations des PIB cantonaux de l’Office fédéral de la statistique. Depuis janvier 2019, les données sont corrigées des effets des grandes manifestations sportives internationales.

Le PIB vaudois est publié quatre fois par an (prochaine parution: juillet 2022). Responsables de l’économie privée et décideurs politiques disposent ainsi en tout temps de données et de prévisions à jour, afin de pouvoir mieux préparer leurs décisions et piloter leurs projets.

Communiqué de presse

Les résultats en chiffres


Contacts:

BCV, Observatoire BCV de l’économie vaudoise:
Jean-Pascal Baechler, conseiller économique
021 212 22 51,
jean-pascal.baechler@bcv.ch

État de Vaud, Service de la promotion de l'économie et de l'innovation (SPEI):
Raphaël Conz, responsable de l'Unité Entreprises
021 316 58 23,
raphael.conz@vd.ch

État de Vaud, Statistique Vaud (StatVD):
Claudio Bologna, chef de projet - Section registre
021 316 29 51,
claudio.bologna@vd.ch

Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI):
Patrick Zurn, responsable économique
021 613 36 83,
patrick.zurn@cvci.ch

CREA – Institut d'économie appliquée:
Claudio Sfreddo, chef de projet (pour la méthodologie)
078 880 91 95,
cs@sfreddo.ch

Newsletter

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication