Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilPolitiqueThèmesInfrastructures et logementFamilles précarisées: des données lacunaires
Politique sociale Retour

Familles précarisées: des données lacunaires

    

Le dispositif PC familles instauré par le Canton il y a dix ans réduirait la précarité des ménages et le recours à l’aide sociale. Les chiffres fournis ne permettent pourtant pas de se faire une idée précise de la situation sur le terrain. C’est regrettable.

Le Conseil d’Etat s’est félicité dernièrement par voie de communiqué que «les prestations complémentaires cantonales pour familles (PC Familles) sont efficaces et ont un impact positif sur le quotidien des ménages concernés». Instauré en 2011 à l’initiative du Canton, ce dispositif aurait permis à de nombreuses familles d’augmenter leur taux d’activité et ainsi leur autonomie financière: 36% des familles sont sorties de tout régime d’aide. En dix ans, un peu plus de 14’000 familles ont bénéficié de ce soutien. Le financement est réparti entre les employeurs, les employés, les communes et l’Etat de Vaud.

Les conclusions de l’évaluation externe menée par deux bureaux de recherche constituent certes une bonne nouvelle, dans la mesure où ces aides permettent à un certain nombre de bénéficiaires de sortir de la spirale de l’aide sociale. Ce bilan quasi dithyrambique souffre toutefois d’un sérieux bémol: les chiffres fournis, lacunaires, ne permettent pas de se faire une vision claire de la situation. Les auteurs du rapport n’ont pas pu répondre aux questions soulevées à ce propos par la CVCI, car il manque des données, ce qui est problématique.

Chiffres peu lisibles

Si le rapport est très complet en ce qui concerne l’évaluation qualitative du régime (soutien aux familles, procédures administratives, coaching, etc.) et sur les coûts, les données sur les raisons de sortie du système PF familles sont peu lisibles. Le chiffre de 36% de sortie n’est pas contesté, mais quelles réalités recouvre-t-il? S’agit-il d’une sortie débouchant sur une réelle indépendance financière, d’une fin du droit aux prestations en raison de l’âge des enfants, ou encore de déménagements hors du Canton? Nul ne peut le savoir.

Par ailleurs, l’augmentation des revenus et du taux d’activité (effet incitatif) doit être à mes yeux relativisée, car il ne ressort pas clairement des chiffres présentés que cette progression en faveur des familles bénéficiaires soit supérieure à celles des familles en général. Autrement dit, faute de données plus précises, il paraît difficile de conclure que l’objectif d’augmentation de l’autonomie financière des familles transitant par les PC familles est atteint.

La question des coûts se pose également: le budget a explosé en dix ans, bien davantage que ce qui avait été avancé lors du lancement du projet. L’augmentation des charges étant reportée sur les employeurs et les employés, il me paraît donc normal que ce rapport montre précisément que cet argent est bien utilisé.

Cette assurance sociale nous a été présentée il y a dix ans comme devant permettre aux gens précarisés et aux accidentés de la vie de se remettre au travail. C’est louable, mais il reste que la communication du Canton ne permet pas de se faire une idée précise de la réussite du projet. Et c’est regrettable.

Écrit par :

Claudine Amstein

Directrice de la CVCI

Contact

Philippe Miauton

Responsable a.i. du dossier "Infrastructures et logement"