Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilPolitiqueThèmesEnvironnementAssurer la souveraineté de la Suisse pour garantir notre prospérité
Développement économique Retour

Assurer la souveraineté de la Suisse pour garantir notre prospérité

    
Le peuple suisse est appelé à se prononcer sur le fonds d'acquisition de l'avion de combat Gripen lors des prochaines votations fédérales, le 18 mai prochain. 300 millions de francs seront ainsi mobilisés sur le budget ordinaire de l'armée pendant 10 ans afin de financer 22 avions suédois pour un total de 3,1 milliards. Ils serviront à remplacer les 54 F-5 Tiger vieux de trente ans qui ne peuvent voler que la journée et par beau temps. Au moment où nous devons demander à nos pays voisins d'assurer notre surveillance aérienne en dehors des heures de bureau, il est nécessaire de pouvoir acquérir de nouveaux avions qui pourront être opérationnels n'importe quand. Nous nous donnerons ainsi les moyens matériels et la volonté politique de défendre notre espace aérien 24h/24. Même si une coopération entre pays amis est judicieuse, le toit de notre armée ne peut être délégué et soumis aux impératifs géopolitiques et financiers de nos voisins.  Alors que nos autorités renforcent à juste titre le contrôle du cyberespace, nous sommes passés d'une flotte de plus de 300 avions dans les années 90 à moins d'une centaine aujourd'hui. Le Gripen permet de pallier cette diminution grâce aux nombreuses technologies d'avant-garde qui y seront intégrées. Ainsi, plus qu'un avion de combat, il s'agit d'un véritable système d'information de nouvelle génération qui permettra à l'armée suisse d'assurer la sécurité de son espace aérien et la collecte de renseignements de pointe. 
Il est nécessaire de rappeler ici que cette modernisation nécessaire de nos forces aériennes ne va rien coûter de plus au contribuable. L'achat du Gripen sera financé exclusivement par les dépenses courantes de l'armée et ne représente que 0,4 % du budget total de la Confédération. Cette dépense fera d'ailleurs l'objet de contrats compensatoires à hauteur de 2,5 milliards sur dix ans dont 30 % seront dédiés aux entreprises romandes. Dire oui à la Loi sur le fonds Gripen, c'est donner les moyens à l'armée d'assurer la souveraineté nationale nécessaire à la prospérité de la Suisse et de son économie. 
Robin Eymann
(Pour LeJournal CVCI n° 49 - avril 2014)
Contact

Raphaël Thiébaud

Responsable du dossier "Développement durable"