Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationToutes les actualitésOui à des infrastructures ferroviaires de qualité dans l'Arc lémanique
Logement / Infrastructures Retour

Oui à des infrastructures ferroviaires de qualité dans l'Arc lémanique

    
Soumis au vote du peuple et des cantons le 9 février prochain, le projet FAIF (financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire)  propose la création d'un fonds visant à régler le financement du rail sur la durée. Il prévoit un programme d'investissements courant jusqu'en 2025 et portant sur 6,4 milliards de francs. 

Des améliorations et des extensions du réseau sont prévues dans tout le pays, mais la Suisse romande sera largement servie, avec des travaux majeurs dans les gares de Lausanne et de Genève. La première sera modernisée et verra ses quais allongés de manière à pouvoir transborder des trains de 400 mètres de long. Les investissements se monteront à 1,1 milliard de francs. Cornavin se verra quant à elle adjoindre deux quais supplémentaires : le  FAIF y contribuera à hauteur de 790 millions de francs. Ces mesures permettront de faire circuler quatre Intercity par heure entre Lausanne et Genève. D'autres aménagements sont également prévus entre Lausanne et Renens (construction d'une quatrième voie) ainsi que sur la ligne Lausanne-Berne (dont le trajet passera en-dessous des 60 minutes).
Le financement de ce fonds sera assuré par les sources actuelles de revenus du fonds FTP (fonds pour les transports publics, constitué en 1998), les finances fédérales ordinaires, ainsi que par de nouvelles recettes provenant de l'impôt fédéral direct (grâce au plafonnement à 3'000 francs par an des frais de déplacement déductibles pour les travailleurs pendulaires), de la TVA (un pour mille), d'une hausse des contributions cantonales ainsi que d'une contribution supplémentaire des usagers des transports publics, qui verront le prix de leurs billets renchérir.
Si le financement est sans doute discutable à certains points de vue, notamment la hausse de la TVA ainsi que la contribution supplémentaire des pendulaires, le programme d'investissements prévus par le FAIF est une nécessité. Comme pour la route, pour laquelle nous attendons également la création d'un fonds permanent, le trafic a explosé depuis le début des années 2000 sur l'Arc lémanique. Entre 2000 et 2010, le trafic sur l'axe Genève-Lausanne a été multiplié par deux, à 50'000 passagers par jour. Et les CFF s'attendent à ce que ce nombre double d'ici à 2030. Les gares de Lausanne et Genève étant déjà proches de la saturation, des investissements sont indispensables, ne serait-ce que pour assurer le même niveau de service qu'aujourd'hui. Des infrastructures performantes sont l'une des clés de l'attractivité de notre région, la CVCI recommande par conséquent d'accepter le FAIF.
Philippe Gumy
(Pour LeJournal CVCI n° 46 - janvier 2014)

Newsletter

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication