Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationToutes les actualitésLe Conseil fédéral doit accélérer la vaccination
Retour

Le Conseil fédéral doit accélérer la vaccination

    

Communiqué de presse de l'Union Patronale Suisse, 19 janvier 2021 - Les dommages économiques induits par le semi-confinement décidé par le Conseil fédéral devraient être immenses. Le Conseil fédéral doit donc davantage tenir compte de ces risques et améliorer sensiblement la gestion de la vaccination. L’Union patronale suisse et economiesuisse attendent un plan de vaccination coordonné au niveau national et une stratégie de dépistage intensifiée.

Des mutations virales plus contagieuses ont incité le Conseil fédéral à restreindre à nouveau la vie publique et les activités économiques en Suisse. Le semi-confinement touche durement une économie déjà affaiblie. Avec la fermeture des magasins et des restaurants, il est à craindre, désormais, que la consommation privée, qui représente la moitié environ de la production économique, s’effondre. L’économie suisse, qui dépend fortement des exportations, pâtit en outre de l’ampleur mondiale de la crise du coronavirus.

Le Conseil fédéral doit soigneusement intégrer dans ses réflexions les conséquences pour l’économie des restrictions décidées. Les clés pour un retour à la normale sont la vaccination et des tests intensifs. C’est pourquoi il importe à présent d’élaborer un plan solide permettant de lever au plus vite les restrictions économiques et de redonner des perspectives aux entreprises.

Selon economiesuisse et l’Union patronale suisse, il est incompréhensible que la Suisse n’ait pas mis en place en temps utile des capacités de test suffisantes et les infrastructures nécessaires pour vacciner à large échelle. Pour surmonter la pandémie, il est désormais urgent, d’une part, de procéder à des tests réguliers à grande échelle, dans les aéroports, les écoles et les entreprises par exemple – également pour les personnes sans symptômes. D’autre part, il faut mener une campagne de vaccination nationale. Les deux faîtières souhaitent la fixation d’objectifs clairs en ce qui concerne le nombre de vaccinations à effectuer et un suivi, à l’instar des chiffres publiés quotidiennement sur les infections et les hospitalisations. Enfin, la Confédération et les cantons doivent cesser de se rejeter la faute en ce qui concerne la vaccination, un comportement incompréhensible qui irrite la population et les milieux économiques. Il importe désormais d’agir vite et de manière concertée. Contrairement à la pandémie, il est possible de planifier la vaccination. Il s’agit donc de tout mettre en œuvre pour éviter une grave récession.

Newsletter

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication