Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationToutes les actualitésLa Suisse a d'importants besoins en main-d'œuvre
Relations extérieures Retour

La Suisse a d'importants besoins en main-d'œuvre

    
"Immigration : pourquoi la Suisse en a besoin". Tel est le titre d'une brochure pleine de chiffres et de statistiques sur les répercussions réelles et concrètes de la libre circulation des personnes sur l'économie helvétique. Les bénéfices de cette politique, approuvée par trois fois en neuf ans par le peuple suisse, l'emportent très largement sur les inconvénients. La population résidente en Suisse a dépassé l'an dernier le seuil des 8 millions d'habitants. En dix ans, la croissance démographique a atteint 11,1 %. Durant ce laps de temps, aucune nouvelle centrale électrique n'a été construite dans le pays. En Suisse romande, l'autoroute Lausanne-Genève n'a subi que quelques aménagements légers, comme une troisième voie aux heures de pointe à Morges. Les lignes ferroviaires voient circuler davantage de trains, mais sur un réseau qui n'a pas été agrandi. La saturation est désormais déjà atteinte aux heures de pointe. L'immigration étant responsable de cette situation, faut-il la juguler, voire la stopper ? Répondre par l'affir-mative serait mal cerner le problème. La brochure "Immigration: pourquoi la Suisse en a besoin", éditée par l'Union patronale suisse et economiesuisse, le démontre grâce à une foule de faits et de chiffres. D'ailleurs, quelle entreprise tiendrait les nouveaux collaborateurs qu'elle a engagés au cours des dernières années pour responsables du manque de locaux disponibles pour y installer de nouveaux bureaux et de nouvelles machines ? Aucune, bien évidemment. Tout chef d'entreprise se réjouit de gérer une société dynamique et adapte sa structure à la croissance. Pourquoi devrait-il en aller autrement pour la Confédération ? L'afflux d'une abondante main-d'œuvre étrangère depuis l'entrée en vigueur de l'accord sur la libre-circulation des personnes avec l'Union européenne (2002) a eu des répercussions extrêmement positives pour toute la Suisse. Ces nouveaux travailleurs ont contribué à soutenir une croissance solide. Contrairement à ce qui s'entend souvent, ces immigrés n'ont par ailleurs pas pris le travail des Suisses, comme le prouve le nombre de chômeurs actuels (141'000 personnes à la fin mars 2013), stable par rapport aux 139'000 recensés en mars 2003. Grâce au dynamisme retrouvé de son économie, un canton comme Vaud a pu assainir ses finances pu-bliques en l'espace de quelques années seulement. Au niveau fédéral, les assurances sociales ont été durablement soulagées grâce à de nouveaux cotisants : sans l'immigration qu'a connue la Suisse depuis dix ans, l'AVS serait aujourd'hui dans les chiffres rouges. Face à l'allongement de l'espérance de vie de la population, la Suisse peut se payer le luxe de débattre sans pression des nécessaires changements de son système de retraite. Ni les finances de l'assurance-chômage, ni celles de l'assurance-invalidité (AI) n'ont été davantage prétéritées par l'afflux de main-d'œuvre étrangère. On constate même que le nombre total de rentier AI diminue depuis 2006. Et les salaires ? Une fois encore, l'immigration n'a pas eu de répercussions négatives sur leur niveau général. Entre 2002 et 2011, le salaire réel suisse (inflation déduite) a augmenté de 0,6 % en moyenne par an. Cette progression est meilleure que le +0,2 % enregistrée au cours de la décennie précédente, décennie au cours de laquelle la Suisse semblait ne pas être en mesure de surmonter la crise déclenchée par le choc pétrolier de 1991-93 ainsi que par l'éclatement de la bulle immobilière de la fin des années 1980.  La Confédération vivait pourtant encore sous le régime du contingentement de la main-d'œuvre étrangère. Ce dernier facteur n'est certes pas la cause des difficultés d'alors, mais il n'a pas contribué à aider le marché de l'emploi puisque le chômage culminait à 5,7 % en février 1997.   Le chemin parcouru depuis lors est impressionnant. La Suisse est parvenue à retourner la situation. Et si l'on observe un afflux aussi important de travailleurs immigrés (140'000 par an en moyenne, pour un solde net de 70'000, car 70'000 actifs en moyenne quittent chaque année la Confédération), c'est parce que les entreprises embauchent. Elles ont créé pas moins de 366'000 emplois entre 2002 et 2012. Vu qu'elles ne trouvent pas les collaborateurs qu'elles recherchent sur le marché du travail local, le recours à la main-d'œuvre européenne est inévitable. La pénurie de main-d'œuvre est particulièrement aiguë dans l'informatique et les métiers techniques (microtechnique, génie électrique, génie civil, entre autres). On sait également que les secteurs de la santé, de la restauration, de l'hôtellerie et de la construction en général sont eux aussi quotidiennement confrontés à la difficulté de recruter du personnel local. Que se passerait-il si elles ne pouvaient pas embaucher en raison de la réintroduction de contingents ? Les ravages que subirait l'hôtellerie-restauration sont difficiles à imaginer. Pour les entreprises qui produisent (que ce soit des biens ou des services) et dont les carnets de commandes restent bien étoffés, la délocalisation serait alors la seule alternative. La Suisse perdrait non seulement des emplois, mais également son savoir-faire. Dernière observation d'importance : les responsables de la forte immigration observée depuis dix ans ne sont pas les entreprises étrangères qui s'implantent en Suisse. Depuis 2007, ces sociétés ont généré environ 2'300 nouveaux emplois par an environ (à comparer avec + 63'900 emplois en 2012). Leur apport ne se situe donc pas tant en termes de places de travail : il se situe surtout sur le terrain de la fiscalité. Ces entreprises, qui sont souvent des sièges européens de multinationales, contribuent par ailleurs à la diversification de notre tissu économique, tout en créant des opportunités de développement pour plus tard (il n'est pas rare que ces quartiers généraux ouvrent par la suite des unités de production en Suisse).   On le voit, la Suisse doit accompagner sa croissance, mais s'en prendre à l'immigration reviendrait à re-mettre en cause cette dernière. Le pays s'avancerait alors en terres inconnues, alors qu'il a toutes les cartes en main pour se maintenir sur la voie du succès. Les échéances électorales qui se dessinent à l'horizon 2014-15 seront donc cruciales. Il s'agira de voter sur une initiative de l'UDC intitulée «Contre l'immigration de masse», qui impliquerait la dénonciation de l'accord sur la libre-circulation des personnes avec l'UE et l'introduction de contingents stricts, sans distinctions entre travailleurs étrangers et requérants d'asiles (alors que ces derniers n'ont pourtant pas accès au marché du travail). Autre écueil : l'initiative Ecopop , qui veut limiter l'immigration à 0,2 % par an sur une moyenne de trois ans. Et puis les Suisses voteront sans doute - via un référendum - sur l'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie, qui entre dans l'UE le 1er juillet prochain et dont la Suisse doit encore négocier les modalités.  En neuf ans, le peuple suisse a dit trois fois oui à la libre circulation des personnes, pour son plus grand bénéfice. Il s'agit de continuer sur cette lancée. Philippe Gumy (pour LeJournal CVCI n° 38 - Avril 2013)

Newsletter

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication