Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationToutes les actualitésAction commune pour effet global
Développement économique Economie durable / Circulaire / RSE / Mobilité Energie / Climat Retour

Action commune pour effet global

    

Cette semaine, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publiait un nouveau rapport. 234 scientifiques de 66 pays y alertent l’opinion publique sur la rapide dégradation de la planète. L’organisme international détaille ainsi l’importance cruciale d’une diminution de grande ampleur de nos émissions de gaz à effet de serre.

S’il est important d’agir, il conviendra de le faire tous, main dans la main. Ces dernières années, partis politiques, sociétés civiles et population ont plutôt donné l’image de prêcher chacun pour leur chapelle, se montant les uns contre les autres, au lieu de chercher une voie commune. Parfois, on a l’image d’une société qui ne fait plus rien pour la communauté. A force de reporter stérilement sur les autres la responsabilité du changement, on n’avancera plus, on reculera même.

Au coup de semonce climatique lancé par le GIEC, et à la suite du rejet de la loi CO2, il convient donc de s’engager rapidement dans une nouvelle voie. Il serait cependant trop simpliste de reporter la responsabilité de cette situation sur les seuls milieux économiques, mais bien au contraire il faut considérer que ces derniers font partie de la solution. Ils sont même un acteur clef pour apporter des actions concrètes. L’industrie notamment est l’un des domaines qui a effectué la mue la plus impressionnante ces dernières années et cela continue

Le nouveau projet de loi devra non seulement être efficace du point de vue du climat mais aussi politiquement réaliste. Si les investissements sont urgents, il faudra avant tout consentir à un soutien à l’innovation. Il conviendra aussi de comprendre que pour apporter la contribution la plus importante possible à cette cause commune, il sera indispensable de veiller à ce que notre économie reste pleinement compétitive.

Dans les mesures nécessaires à court terme, le prolongement du système des conventions d’objectifs pour les entreprises est incontournable. Sous la menace de son expiration fin 2021, le parlement doit chercher une solution transitoire. Ces conventions devront par ailleurs figurer dans le prochain projet de loi CO2 et s’étendre rapidement à toutes les entreprises quelle que soit leur taille. Outre le programme pour la rénovation des bâtiments, il s’agit de veiller à trouver aussi une vision politique liée aux taxations du CO2. D’un point de vue libéral, payer le prix de ce que l’on fait, soit des émissions de CO2, est responsable. Le succès de la solution résidera donc dans le juste milieu du montant de ces taxes.

En soumettant un contreprojet à l’initiative pour les glaciers, le Conseil fédéral maintient l’objectif de zéro émission nette d’ici à 2050. Toutefois, confiant en la capacité de notre pays, le gouvernement ne souhaite pas d’interdiction générale des agents énergétiques fossiles à compter de 2050. Selon lui des exceptions doivent demeurer possibles si les technologies de substitution ne sont pas supportables sur les plans économique ou social. La fameuse voie commune évoquée plus haut…

Écrit par :

Claudine Amstein

Directrice de la CVCI

Newsletter

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication