Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site
AccueilCommunicationBlogL’informatique reste un métier d’avenir
Conjoncture / Veille générale / Politique / Economie / Emploi IT / Digital / Data Retour

L’informatique reste un métier d’avenir

Commentaires ()

Une étude confirme les craintes concernant la relève dans les métiers TIC: en 2030, il manquera près de 40'000 informaticiens en Suisse. La dynamique de l'emploi reste élevée dans le domaine de la cybersécurité, mais demeure insuffisante. Il faut former davantage!

En 2030, la Suisse aura besoin de près de 120'000 professionnels supplémentaires en techniques de l’information (TIC). Si rien n’est fait dans ce domaine, notre économie connaîtra dans huit ans une pénurie de 38'700 spécialistes selon une étude d’ICT-Formation professionnelle Suisse, citée par la plateforme Digitalswitzerland. Ces besoins accrus concernent tous les métiers du secteur. La dynamique de l'emploi est certes forte dans le domaine de la sécurité informatique où le nombre de spécialistes a triplé depuis 2010. Mais la demande va se poursuivre et, d'ici 2030, il sera nécessaire d’en engager environ 60% en plus.

La Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie est consciente de ces enjeux. C’est pourquoi la Fondation de la CVCI soutient financièrement l’Ecole 42 Lausanne. Cet établissement d’informatique est entièrement gratuit, ouvert à toutes et à tous sans condition de diplôme et accessible dès 18 ans. Sa pédagogie innovante est basée sur le «peer-to-peer learning» et le «gaming», sans professeurs, sans cours, permet de développer des compétences techniques et sociales proches des conditions réelles dans les entreprises du numérique. Pour la première volée, qui a débuté l’an dernier, l’école a retenu 180 étudiants sur 2500 candidats. Cette réponse concrète et pragmatique à la grave pénurie en informaticiens constitue une piste qui en appelle bien d’autres.

Pour répondre à la demande globale, les experts avancent les chiffres suivants: 37’800 spécialistes issus du système de formation seront à disposition en 2030. Avec la main-d’œuvre provenant de l’immigration, qui pourrait concerner 43’600 professionnels, il reste un déficit de 38'700 informaticiens. Le manque de main-d'œuvre qualifiée dans les TIC se traduit par un taux de postes ouverts se situant entre 4% et 26% selon les régions. En Suisse romande, la situation est moins tendue sur l’arc lémanique (4,6%). Mais cela risque de ne pas durer.

Cette pénurie n'est pas sans conséquences sur la dynamique économique de la Suisse. D’ici à 2030, la perte de création de valeur devrait se chiffrer à 31 milliards, selon une étude complémentaire mandatée par Digitalswitzerland. L'association faîtière «déplore le manque d’engagement des entreprises suisses dans la lutte contre la pénurie et plaide en faveur d’efforts supplémentaires pour former davantage de spécialistes IT». Certaines mesures récentes vont dans le bon sens avec, notamment, la création d'un nouveau brevet fédéral de spécialiste en cybersécurité et de différentes initiatives dans le domaine de la médiamatique. Ces efforts restent toutefois insuffisants.

C’est un fait: la transformation numérique touche toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Ces métiers demeurent attractifs, notamment dans le domaine si crucial de la cybersécurité. Il y a des places à prendre dans un domaine vaste et fascinant, où les femmes sont autant attendues que les hommes. Toutes les forces vives et motivées sont clairement invitées à soutenir l’économie numérique. Informons et formons!

Écrit par :

Jean-François Krähenbühl

Chargé de communication

Soyez le premier à commenter
Publier un commentaire :

Le nom et le prénom sont obligatoires!

Un email est requis!

Un email valide est requis!

Le commentaire est obligatoire!

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication