Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Le Big Date de Swisscom ou l'opportunité analytique du futur

Pour une entreprise, être capable de collecter, d’agréger et d’exploiter les données intelligemment confère une avance décisive sur la concurrence. De surcroît, ces compétences d’analyse ouvrent la voie à de nouveaux modèles commerciaux et à de nouveaux marchés.

Les technologies Big Data permettent d’exploiter systématiquement et en temps réel de grandes quantités de données structurées qui sont générées par des processus et des capteurs logiciels issus de différentes unités organisationnelles; mais elles permettent aussi de connecter intelligemment ces multiples sources de données au sein de l’entreprise, sur Internet et auprès de prestataires de données externes. Ces interconnexions variées et transversales donnent des résultats dont on ne soupçonnait jusqu’ici pas l’existence. Explications de Raphaël Rollier, responsable du programme Smart City chez Swisscom Entreprise Customers.

Dans le cadre des projets de développement de services que Swisscom propose aux entreprises, vous offrez désormais l’analyse de données des téléphones mobiles. Concrètement, que faites-vous exactement et qu’est-ce que le Big Data ?
Nous avons actuellement un programme qui a pour objectif de valoriser les traces générées par le réseau mobile de Swisscom. Notre réseau capte 20 milliards d’événements par jours (connexions entre téléphones mobiles et antennes), représentant 2 terabytes de données non structurées chaque jour, on parle donc bien de Big Data. 

Nous avons concrètement commencé à utiliser ces données anonymisées et agrégées avec :
  • L’office fédéral des routes (OFROU) : nous fournissons des informations sur les ralentissements et bouchons qui permettent à l’OFROU de mieux gérer en temps réel le flux de trafic sur les autoroutes suisses. 
  • Nous avons lancé un programme « smart city » en mode co-création avec la ville de Pully, la Commune de Montreux et la Canton de Genève pour optimiser le trafic et mieux planifier les infrastructures.
    Par exemple, les derniers résultats obtenus avec Pully ce mois ont permis de mesurer que :
    66 % du trafic est composé de personnes en transit, soit qui traversent Pully sans s'arrêter ;
    13 % du trafic est composé de personnes se déplaçant dans Pully sans en sortir ;
    11 % sont des personnes qui viennent à Pully et y restent un certain laps de temps avant d'en repartir
    10 % sont des personnes qui quittent Pully pour revenir après plusieurs heures à leur domicile.
Grâce au Big Data, on peut mesurer ces indicateurs en continu. Ces « insights » vont permettre aux experts en mobilité de planifier des nouveaux aménagements pour améliorer l’accessibilité au centre-ville et donc la qualité de vie.

A quelles branches cela s'applique-t-il ? Quelles entreprises peuvent bénéficier des analyses de données issues du Big Data ?
Les « insights » sont actuellement utilisés par la planification urbaine. Ils pourront également être utilisés dans le tourisme pour, par exemple, mieux comprendre l’impact d’une campagne de promotion. Nous discutons également avec les commerces de détail et les banques.
De plus, nos insights peuvent être combinés et enrichis avec d’autres sources de données, nous sommes donc intéressés à discuter avec les entreprises pour développer ensemble des nouvelles solutions spécifiques à chaque métier. Dans le domaine de l’industrie, disposer de prévisions de besoins plus détaillées permet de mieux déployer les ressources matérielles et humaines. Quant aux prestataires de services financiers et aux assurances, ils ont désormais la possibilité d’évaluer et de visualiser les risques au cas par cas. 
Dans le domaine de la santé, cela aide à identifier des causes de maladie ou des erreurs de prise en charge non détectées jusqu’alors.
L’important avant de lancer un projet  Big Data  est de bien comprendre quels sont les enjeux qu’on veut adresser. Le Big Data  permettant de développer des outils d’aide à la décision, il faut donc être spécifique sur les questions. 
Dans l’exemple de la planification d’infrastructures, nous avons lancé un projet avec la Commune de Montreux dont la question est clairement établie : quels sont les besoins des citoyens pour l’extension d’un parking P+R à la sortie de l’autoroute ? Lors du développement, nous procédons par itération car nous rencontrons de nombreux défis technologiques, cependant la direction est claire. Il est important dès le départ de prendre en compte l’aspect de la protection des données personnelles. 

Selon vous, quel sera le poids du Big Data à l’avenir ?
Le Big Data prendra de plus en plus de place dans les entreprises pour devenir un outil essentiel d’aide à la décision. Combiné au machine learning, c’est un puissant outil de prédiction. Il est par exemple déjà utilisé dans le secteur de l’énergie pour prédire la demande en électricité.
Proposer des données de téléphonie mobile anonymes et agrégées ainsi que notre savoir-faire analytique n'est qu'une première étape. Pour nous, le Big Data va beaucoup plus loin. Nous sommes en train de mettre en place une plate-forme sur laquelle des entreprises pourront, dans quelques années, interconnecter et analyser toutes les données internes et externes possibles. Elle englobera toutes les sources publiques pertinentes, telles que les données météo et les données SIG (système d'information géographiques) ou réseaux sociaux et services privés qui se connecteront. Les données du réseau de téléphonie mobile n'en constitueront qu'une petite partie. Viendront s'ajouter les données téléchargées par les entreprises elles-mêmes, par exemple depuis leurs systèmes de CRM ou de logistique. 

Qu'est-ce que Swisscom a à proposer aux entreprises ?
En plus de la nécessité pour une entreprise d'avoir une infrastructure performante, une analytique efficace est complexe. Cela nécessite énormément de savoir-faire très spécifique dans des disciplines telles que les mathématiques, l'intelligence artificielle, la modélisation de données, la programmation ou la sécurité informatique. Très peu d'entreprises disposent déjà des compétences correspondantes et les spécialistes sont très recherchés. Avec nos experts, nous sommes déjà à même de soutenir efficacement les entreprises.
Swisscom déploie également un réseau dédié à l’internet des objets. Ce réseau permettra aux entreprises de connecter des capteurs à un faible coût et avec une longue durée de vie grâce à une faible consommation. Toutes ces masses de données collectées pourront ensuite être traitées grâce au Big data. Notre pourrons ainsi facilement connecter des machines industrielles pour faire de la maintenance préventive. Un tel réseau est déjà opérationnel à Genève et Zurich.

Quelle place prend l'innovation et la R & D au sein de Swisscom ?
L’innovation est essentielle pour Swisscom. Dans le domaine du Big Data l’équipe de data scientists a par exemple doublé ces 12 derniers mois.  

Propos recueillis par Arditë Shabani

Notre partenaire