Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Bobst et l'Agenda 2030

Le développement durable nous appartient

"Transformer notre monde", voilà le challenge ambitieux du programme de développement durable des Nations Unies. La Suisse, mais aussi ses entreprises, doivent contribuer à la réalisation de 17 objectifs sur le plan économique, social et environnemental. Mais comment s'approprier concrètement l'Agenda 2030 ? Bobst Group SA a relevé le défi.  

Le développement durable ne devait pas rester uniquement un concept. Parce qu'il en allait de la survie de la planète, les 193 Etats membres de l'ONU se sont dotés, en septembre 2015, d'un plan d'action : l'Agenda 2030. Ce dernier fixe 17 objectifs de développement durable (ODD), que la Suisse s'engage à atteindre. A travers sa Stratégie pour le développement durable 2016-2019, elle définit les priorités politiques, les objectifs et diverses mesures à moyen terme. Bien sûr, face à l'importance des enjeux, l'implication des cantons et des communes s'avère essentielle, comme celle des acteurs privés. Mais comment mettre en œuvre un tel Agenda, allant de l'élimination de la pauvreté à la préservation des écosystèmes ?
 

Le rôle-clé des entreprises

Réduire les émissions de CO2, promouvoir l'égalité hommes-femmes ou encore boucler le cycle de vie des matériaux implique évidemment une prise de conscience et une volonté d'action des entreprises. Ces dernières sont déjà nombreuses à mettre en place des mesures d'amélioration et à réfléchir à leur impact. Un plan tel que l'Agenda 2030 peut-il être un guide pour celles qui souhaitent avancer sur le chemin du développement durable? Et si oui, de quelle manière? L'exemple de Bobst Group SA permet de répondre concrètement à cette question. Le groupe vient en effet de publier son "Rapport sur le développement durable 2017 – Pour les futures générations", élaboré autour des ODD de l'Agenda 2030.

Bobst - fournisseur mondial d'équipements et de services destinés aux fabricants d'emballages et d’étiquettes - intègre depuis longtemps le développement durable à sa stratégie. Depuis 2000, le groupe publie un rapport annuel sur le développement durable, livrant des informations sur ses filiales à travers le monde. Selon Yvan Rey, responsable EHS du groupe (Environnement, Hygiène et Sécurité), l'Agenda 2030 a été particulièrement utile pour mieux cadrer les actions et les communiquer. "Depuis 2016, un travail important a été fait. Jean-Pascal Bobst a demandé à toutes ses entités légales de contribuer à des objectifs clairement définis, notamment en augmentant l'offre de produits "verts" ou éco-designés." Les 17 objectifs de l'ONU leur ont donc en quelque sorte servi de fil rouge : "Nous nous les sommes appropriés, résume Yvan Rey. En fonction de ce qui est fait dans chaque société du groupe, nous complétons les rubriques de l'Agenda 2030. En 2016, nous avons couvert les 17 ODD. Ces derniers nous ont permis de structurer les messages, de les rendre plus visibles, vivants et de démontrer à tous le nombre impressionnant de projets aussi bien environnemental, qu’humanitaire ou technologique. C'était un premier essai. Suite à ce rapport, Monsieur Bobst a reprécisé les objectifs et, en 2017, nous avons sélectionné les objectifs pertinents à notre industrie. Il s'agit de rester dans du concret, des actions réalisées, et non de tomber dans du "green washing", tout en responsabilisant le management local. Nous avons une approche pragmatique et liée aux résultats concrets." 
 

Un Agenda pour des actions concrètes

Pour progresser dans la voie du développement durable, la volonté et l'implication du management se révèlent essentielle, comme celle des secteurs de R&D. Aussi petite soit une entité, toute action a un impact à son échelle. Dans le canton de Vaud, ces cinq dernières années, Bobst a ainsi investi dans une importante installation photovoltaïque. "Nous avons plus de 6300 m2 de panneaux solaires sur les toitures du site de Mex, précise Yvan Rey. Participer à l'effort collectif était une volonté de l'entreprise. Actuellement, nous sommes en pleine réfection de nos bâtiments. Nous avons une convention d'objectifs avec l'AEnEC (Agence de l'énergie pour l'économie), notamment concernant la réduction des émissions de CO2 fortement liées au chauffage. Cet outil aussi fait avancer les choses. Et en 2017, après quelques années de négociations, ce même site a été raccordé au réseau TL urbain."

Au niveau politique, le message est clair : commune, canton, PME ou grande entreprise, chacun peut œuvrer pour les ODD. Cela se révèle profitable à plusieurs niveaux. A l'heure où l'énergie coûte cher, créer et vendre des produits moins énergivores devient un argument de vente. Le marketing des produits se fait non seulement sur la base de leur performance et de leur caractère novateur, mais aussi sur leur empreinte. Etre dynamique et communiquer efficacement autour de ces problématiques s'avère un atout concurrentiel. "Les améliorations techniques permettent de réaliser plusieurs objectifs, résume Yvan Rey. La performance est recherchée, mais nous pouvons être encore plus performants en faisant des économies et en réduisant notre impact. Nous travaillons sur les produits, par exemple à travers les économies sur les consommables et la gâche, grâce aux encres flexo à large spectre. Nous veillons aux installations, avec la réfection des façades ou encore un nouveau site éco-responsable en Italie. Nous envisageons enfin l'environnement social et le bien-être des collaborateurs via différents programmes, notamment en Inde et en Chine. Ainsi, au Brésil, nous nous investissons dans la formation des jeunes et la recherche d'emploi."

Depuis deux ans, Bobst Group SA a pu mesurer l'intérêt de structurer ses actions et de les communiquer autour des 17 ODD de l'ONU. Ce travail lui a permis d'échanger plus efficacement et de faire profiter l'ensemble du groupe des idées implémentées dans l'une ou l'autre de ses antennes. Les entreprises qui ne sont pas de grandes multinationales ne peuvent pas compter sur une structure corporate au niveau EHS et RSE. Dans leur cas, se baser sur l'articulation des ODD afin de recenser, organiser et développer des actions en matière de développement durable se révèle donc payant, pour leur propre pérennité comme pour le monde bien sûr. 

Fanny Oberson, pour Demain n° 3 - Avril 2018


L'Agenda 2030 en Suisse

Pour que notre pays relève les défis du développement durable, la Confédération a mis en place la plateforme d'échange Dialogue 2030. Des acteurs de l'administration, de la politique, de la société civile, de l'économie et de la recherche ont travaillé ensemble pour imaginer des actions. Des multinationales, mais aussi economiesuisse, ont été invités à participer à ces réflexions. Dans le courant de cette année, un rapport du Conseil fédéral établira notamment le degré de réalisation des objectifs et les suites à envisager.

Pour plus d'infos sur l'Agenda 2030 

Notre partenaire

Contact

Philippe Miauton

Responsable du dossier "Europe - Bilatérales"

+41 21 613 35 35
+41 21 613 35 05