Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Skioo aborde le tremplin de son modèle d'affaires

Skier dans 55 stations suisses avec une seule carte, au meilleur tarif, en fonction de l'utilisation effective des remontées mécaniques : la jeune société Skioo – elle a été fondée il y a tout juste quatre ans - a bâti sa notoriété sur la simplicité du produit. 

"Que recherche le skieur ? Il veut perdre le moins de temps possible, que ce soit pour parquer sa voiture, pour accéder aux installations ou pour acheter les forfaits", observe Gregory Barbezat, fondateur et directeur de la société basée au centre-ville de Lausanne. Skioo compte aujourd'hui 25 000 clients. Son modèle de rémunération repose sur des commissions prélevées sur chaque vente. "C'est évidemment un modèle d'affaires basé sur le volume", fait remarquer le jeune "serial entrepreneur". Le terme n'est ici pas galvaudé puisque Gregory Barbezat a déjà créé précédemment des sociétés actives dans… l'horlogerie, la distribution de cassettes vidéos, des offres de thalasso ainsi que des coffrets-cadeaux. Un partenaire indispensable Pour atteindre les volumes indispensables à son développement, Skioo se déploie sur deux fronts, les marchés et les produits. "Notre objectif consiste, d'un côté, à proposer notre service aux grands acteurs du tourisme en ligne et, de l'autre, à développer des outils que les stations ne proposent pas", explique Gregory Barbezat. Concrètement, Skioo se profile dans une niche d'activité taillée sur mesure pour des partenariats avec les grandes plateformes globales que sont Expedia, AirBnB, Booking ou Ebookers, qui ne sont pas en mesure de proposer des forfaits journaliers aux clients qui réservent dans les stations. D'autres services comme la location de matériel ou la réservation d'activités annexes, allant de la restauration aux bains thermaux, pourraient également leur être proposés. "Nous voulons faciliter le travail des stations et de la clientèle", résume Gregory Barbezat. Réunir les grandes destinations du ski sous un même toit représente un travail de bénédictin, tant l'univers du tourisme alpin est fragmenté. Le CEO de Skioo passe donc une large partie de son temps à visiter les responsables de stations, pour les convaincre, et finalement les fédérer avec une offre intégrée qui devrait être aisément disponible à portée de clic. La société – "ce n'est plus une start-up", affirme Gregory Barbezat – s'est en tout cas donné les moyens de ses ambitions. Elle occupe aujourd'hui 14 collaborateurs, alors que le fondateur avait démarré tout seul en 2012. Skioo s'est notamment adjoint cette année les services de Reto Wyss, précédemment directeur marketing des remontées mécaniques de Zermatt. L'objectif est maintenant de décrocher les principales destinations hivernales en Autriche, France et Italie. Les Etats-Unis ? "Nous y songeons, mais à plus long terme. Il y a déjà un énorme potentiel avec les Alpes, qui absorbent 44 % du tourisme hivernal", fait valoir Gregory Barbezat.  Les investisseurs suivent Cette montée en puissance nécessite évidemment des fonds. Bonne nouvelle, les finances suivent. Né grâce à l'appui de la société pharmaceutique lausannoise Debiopharm, qui s'active dans le monde des start-up via son pôle capital-risque, Skioo a pu lever au printemps dernier 6 millions de francs autour d'un groupe d'investisseurs qui a rejoint le Norvégien Aksel  Lund Svindal, double vainqueur de la Coupe du monde et champion olympique. Ce dernier avait fédéré un groupe d'investisseurs qui avait apporté 1,5 million de francs en 2015. "Le monde du ski est très émotionnel, les investisseurs y viennent parce qu'ils aiment ce sport", note Gregory Barbezat. Si tout va comme prévu, Skioo devrait atteindre le seuil de rentabilité en 2018 déjà.  Que pense le fondateur de Skioo du projet de Jeux Olympiques en 2026 en Suisse occidentale ? "Cela permettrait de stimuler les stations de ski, et surtout de créer une nouvelle génération  de skieurs amateurs. C'est nécessaire, car les ski-clubs disparaissent, la relève de la clientèle n'est plus suffisante. Des JO dans les Alpes romandes seraient une formidable vitrine pour ce sport !"  Philippe Gumy www.skioo.ch

Notre partenaire