Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

«Nous sommes très heureux d'être en Suisse, en particulier dans le canton de Vaud»

La société biopharmaceutique Ferring occupe plus de 600 collaborateurs en Suisse, d'où 95 % de sa production est exportée. Les préoccupations principales de la multinationale portent sur les infrastructures.

Ferring est une entreprise biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des produits innovants dans les domaines de la santé reproductive, de l'urologie, de la gastro-entérologie et de l'endocrinologie. Société d'origine scandinave, Ferring s'est développée en une entreprise mondiale avec des unités d'exploitation dans les marchés pharmaceutiques les plus importants du monde. Son chiffre d'affaires est de 1,4 milliard d'euros (1,7 milliard de francs).
Président du conseil exécutif et Chief Operating Officer (COO) de Ferring Group, Michel Pettigrew présente l'implication et l'ancrage de Ferring dans la région. Interview:

Quels sont les produits "phares" de Ferring ?

Parmi nos nombreux produits, je citerais le MENOPUR®, qui est notre produit le plus important et qui est utilisé pour le traitement de l'infertilité, le MINIRIN® qui est indiqué pour le traitement de la nycturie et l'énurésie chez l'enfant et finalement le PENTASA® qui est utilisé pour le traitement et la gestion à long terme des maladies inflammatoires de l'intestin (colite ulcéreuse et maladie de Crohn).

Où vos produits sont-ils distribués ?

Ferring a ses propres représentants dans 55 pays et travaille avec des sociétés externes de distribution dans 45 pays. Nous avons un réseau mondial de sites de production. Celui de Suisse est le plus important et 95 % de sa production est exportée. Viennent ensuite les sites d'Allemagne, mais également de sept autres pays. Nous avons aussi plusieurs centres de recherche, les principaux étant situés au Danemark et aux Etats-Unis.

Quelles raisons ont incité Ferring à s'installer en Suisse ?

Les principales raisons sont la qualité de la main-d'œuvre, le niveau d'éducation des universités et hautes écoles, le cluster de l'industrie pharmaceutique dans la région, mais également la situation géographique centralisée du pays. La question fiscale n'est donc pas la raison principale et nous avons l'intention de rester en Suisse quelles que soient les décisions au niveau de la réforme de l'imposition des entreprises.

Ferring a établi son siège social en Suisse en 2000. A quoi ressemblait l'entreprise à l'origine et comment a-t-elle évolué par rapport à ses débuts ?

Tout d'abord situé à Lausanne, le siège de Ferring s'est déplacé à Saint-Prex en 2006. Avec près de 600 employés en Suisse, Ferring a largement surpassé ses objectifs au cours des dix dernières années, y compris les 350 collaborateurs prévus au moment de son implantation dans la région.

Engagez-vous de la main-d'œuvre sur place ?

Absolument. Alors que 30 % des postes sont internationaux de par un système de rotations, 70 % de la main-d'œuvre est locale. Nous n'avons en revanche pratiquement pas d'expatriés. Cela est dû à la volonté de Ferring de s'intégrer dans son environnement local.

Avez-vous des apprentis ?

Oui, nous avons quelques apprentis sur le site de St-Prex. Ils travaillent dans divers départements, autant au niveau de la production que de l'administration ou encore du restaurant. Nous avons également récemment mis en place un "graduate program" de deux ans pour les jeunes ayant terminé leurs études. L'objectif est d'adapter les besoins de Ferring aux qualités et compétences des stagiaires. Nous cherchons dans toutes nos activités à respecter la philosophie de Ferring dont le message clé est que nous faisons passer les personnes avant tout ("People come first at Ferring").

Collaborez-vous avec des entreprises locales en sous-traitant certaines de vos activités ?

Oui, tout à fait, nous travaillons avec de nombreuses entreprises locales, que ce soit pour la logistique, le transport, la sécurité ou les achats.

Est-ce que Ferring s'engage au niveau local ?

Nous avons un budget conséquent de plusieurs centaines de milliers de Francs pour tout ce qui a trait au mécénat international et local. Dans ce contexte, Ferring a mis en place un comité "donations" qui soutient diverses actions selon des critères précis. La priorité est mise sur des initiatives des employés de Ferring. Nous soutenons entre autres le Festival St-Prex Classics, la fondation Théodora mais également diverses actions pour les jeunes ainsi que plusieurs événements à Morges. D'autre part, nous offrons également beaucoup pour nos employés et leur famille.

Quelles sont vos préoccupations mais également vos perspectives pour l'avenir ?

Nous sommes très heureux d'être en Suisse, et en particulier dans le canton de Vaud. Mes préoccupations principales en Suisse romande sont tournées vers les transports, que ce soient les autoroutes ou le réseau ferroviaire. Au niveau global, l'environnement de l'industrie pharmaceutique reste toujours difficile, tant au niveau de la compétition des prix que de la recherche de nouvelles molécules. Cependant, les perspectives sont bonnes et nous restons donc très optimistes.

Qu'appréciez-vous dans votre travail chez Ferring ?

Au cours des ces douze dernières années, c'est une chance pour moi que d'avoir pu mettre en place des programmes, développer des produits et contribuer à la progression de collaborateurs. J'adore mon travail et je trouve extrêmement motivant de trouver de nouvelles molécules et de pouvoir, en finalité, aider des patients.

 

Propos recueillis par Elodie Buchheim