Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

La cybersécurité, défi majeur pour les entreprises vaudoises

Communiqué de presse - La digitalisation de l'économie connaît un développement spectaculaire avec, pour corollaire, un accroissement significatif des risques de cyberattaques. Face à cette évolution préoccupante, la CVCI a souhaité dresser un état des lieux à l'échelle vaudoise. Elle a mandaté l'institut de recherches M.I.S Trend, à Lausanne, afin de sonder ses membres. L'objectif a consisté à dégager des tendances et à suggérer des pistes d'amélioration dans les domaines où des manques ont été observés. L'accent doit être mis sur la sensibilisation aux cyber-risques, la protection des systèmes et la formation des collaborateurs. 

En Suisse, on dispose de peu de données mettant en évidence l'ampleur des dommages causés par la cybercriminalité, alors qu'en France, on lui attribue entre 6 et 8 milliards d'euros de pertes pour l'économie en 2017. L'étude que nous avons menée dans le canton de Vaud révèle qu'un tiers des entreprises ont été victimes d'au moins une attaque informatique. Cette proportion confirme les chiffres de sondages comparables menés ces derniers mois à l'échelle suisse. Notre enquête démontre la nécessité impérieuse, pour l'économie, d'intégrer la cybersécurité dans sa réflexion stratégique. C'est un fait: les actes de piratage informatique peuvent engendrer des dommages considérables pour une entreprise, telles des pertes de données, des perturbations de services, des interruptions d'activités, voire, dans le pire des scénarios, une faillite. 

Autre élément saillant de l'étude: un tiers des entreprises sondées estiment ne pas être concernées par les cyber-risques, notamment en raison de leur petite taille. Cette vision relève de la naïveté, car même une PME active dans un marché de niche peut intéresser des criminels de la Toile. Il apparaît en outre que la connaissance de la problématique cybersécuritaire reste relativement floue. Les entreprises citent spontanément un grand nombre de menaces, mais seules 9% d'entre elles évoquent celle du phishing, alors que cette méthode constitue, à dire d'experts, la grande majorité des tentatives de piratage. Plus surprenant, les sondés s'informent sur ces problèmes essentiellement via les médias, Internet et le bouche à oreille, négligeant les informations dispensées par les autorités, qui restent pour l'heure trop fragmentaires. Un élément est particulièrement préoccupant: en moyenne, seuls 32% des répondants à notre enquête ont mis en place des formations en la matière ou sont sur le point de le faire. Les petites entreprises, en particulier, ont des carences dans ce domaine. 

Notre enquête montre que les PME vaudoises n'ont, de loin, pas toutes conscience des risques liés au cyberespace et de leurs conséquences. Elles doivent impérativement prendre en compte ces paramètres et mettre en place des dispositifs de défense adaptés, en élaborant notamment des plans d’urgence. Surtout, elles doivent sensibiliser très régulièrement leurs collaborateurs dans ce domaine.

S'équiper avec du matériel fiable, procéder à un audit de sécurité, former le personnel, et effectuer des tests réguliers ne coûte pas une fortune: cela devrait même relever de l'investissement de base pour toute entreprise. Car réparer les dommages causés par une cyberattaque peut induire des coûts autrement plus élevés, sans parler des dégâts d’image. 

La Confédération commence à prendre la mesure de la problématique. Au niveau vaudois, les autorités cantonales et la police, notamment, se mobilisent à travers diverses actions d'information. D'autres enjeux de taille se profilent à brève échéance: il s'agira de former davantage de spécialistes et d'encourager des entreprises spécialisées dans le domaine à naître en Suisse, afin de répondre à une demande grandissante que le marché actuel peine à couvrir.

La CVCI, de son côté, s'engage pour informer ses membres sur les risques liés à la criminalité informatique. Elle a ainsi mis sur pied nombre d'événements sur cette thématique. Elle a lancé une campagne de sensibilisation sur les cyber-risques il y a quinze jours sur les réseaux sociaux. Et elle va poursuivre ses efforts dans ce domaine. Les petites et moyennes entreprises constituent la colonne vertébrale de l'économie vaudoise. Garantes de la prospérité du canton, elles doivent se préserver au mieux du péril cyberspatial.


www.cvci.ch/cybersecurite


Pour plus d'informations: 

Personnes de contact 

Jean-François Krähenbühl, chargé de communication
078 740 46 90
jfk@cvci.ch

Philippe Miauton, directeur adjoint
079 277 68 41
philippe.miauton@cvci.ch
 

Contact

Fanny Oberson Gross

Responsable Communication

+41 21 613 36 67
+41 21 613 35 05

A l'agenda