Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Philippe Miauton

Parti : PLR
Profession: Directeur-adjoint
Commune : Lausanne
 

Vous êtes candidat au Conseil national pour la première fois. Pourquoi tenter d'accéder à l'échelon fédéral?
J'ai longtemps travaillé à Berne sur des dossiers politiques comme journaliste, puis comme «apparatchik». Malheureusement, beaucoup de dossiers importants se traitent aujourd'hui au niveau de la Confédération, et ceux-ci ont des incidences aux niveaux cantonal et communal, dans lesquels je suis déjà actif politiquement. Le Parlement fédéral, c'est donc «the place to be» si l'on veut pouvoir influer sur des décisions majeures qui concernent tout le pays.

Journalisme, politique, économie: votre polyvalence serait-elle un atout si vous étiez élu?
Il est clair qu'avec mon parcours varié, je connais le contexte de la politique fédérale. Bien qu'il s'agisse d'un parlement de milice, être sous la Coupole nécessite toujours plus de communiquer et de comprendre des dossiers complexes pour répondre aux attentes des milieux économiques. Ma polyvalence est donc un avantage, mais pas encore un gage de facilité. En revanche, ma connaissance du dialecte alémanique serait une barrière de moins à franchir pour une immersion rapide.

Raphaël Thiébaud

Parti : Vert'libéraux
Profession: Responsable de projets
Commune: Crissier


C'est votre première campagne pour le Conseil national. Qu'est-ce qui vous pousse à tenter le grand saut vers Berne?
Ce qui me motive, c'est que la Suisse se trouve aujourd'hui à la croisée des chemins en ce qui concerne des dossiers aussi cruciaux que la retraite, l'environnement et nos relations avec l'Union européenne. Notre pays doit choisir entre s'ouvrir et se replier. J'entends œuvrer à l'ouverture.

Si vous êtes élu, comment concilierez-vous économie et écologie?
Je pense qu'une économie responsable envers l'environnement et la société contribuera à notre prospérité future. Je suis convaincu que l'économie peut être le moteur de la transition énergétique. Les entreprises suisses bénéficient d'une image positive dans le monde par la qualité de leurs produits et par leur savoir-faire dans les domaines de l'innovation et de la durabilité. Cette expertise va permettre à notre économie de prendre une position de leader sur les marchés mondiaux. Il existe clairement une demande croissante vers des produits plus qualitatifs et moins dommageables pour notre environnement. La Suisse a manifestement une carte majeure à jouer dans ce domaine.

Antoine Müller

Parti : PLR - Jeunes
Profession: Responsable de dossiers politiques
Commune: Cheseaux-sur-Lausanne

Il s'agit de votre première campagne pour le Conseil national. Qu'est-ce qui vous motive à vouloir siéger au National? Je considère que cela fait sens de s'engager en politique pour avoir une influence sur la marche de l'État. Berne est le centre politique névralgique de notre pays et un grand nombre de décisions importantes s'y prennent, notamment dans les domaines économique et social. Il est important de prendre part à ces débats pour le bien de la Suisse. C'est aussi l'occasion de découvrir, d'apprendre et de rencontrer des gens d'horizons divers. Il vaut la peine de s'impliquer à cet échelon-là, même si cela nécessite beaucoup de temps et d'engagement.

En cas d'élection, comment un jeune de 26 ans compte-t-il se faire entendre?
Lorsque l'on est jeune en politique, on côtoie des gens plus âgés. Quelqu’un de nouveau à l'échelon fédéral aura évidemment moins d'expérience, mais pourra apporter un regard neuf. Pour se faire entendre, je crois qu'il faut montrer que l'on maîtrise la plupart des domaines traités sous la Coupole. Et pour cela, il faut travailler ses dossiers sans relâche afin de convaincre. L'âge ne change donc rien à l'affaire.

Contact

Guy-Philippe Bolay

Directeur adjoint, responsable du Département Conditions-cadre

+41 21 613 36 31
+41 21 613 35 05